100 gestes pour reduire son empreinte carbone

Cet ouvrage est un guide pratique pour expliquer les sources de notre impact environnemental et présenter des leviers d’action. 100 gestes pour réduire son empreinte carbone est donc une encyclopédie. Il est plutôt centré sur l’individu et cherche à responsabiliser par la connaissance des mécanismes à l’oeuvre. En effet, si le sous-titre précise chez soi, au travail, sur le territoire, c’est moins pour impliquer les organisations professionnelles et politiques que pour expliquer comment transposer ces solutions dans d’autres cadres. Si l’autrice, Lan Anh Vu Hong, est spécialisée dans l’accompagnement des entreprises, la réflexion présentée ici n’a pas pour vocation me semble-t-il à s’appliquer aux entreprises, faute de présenter une méthodologie appropriée.

Or chez solutions locales, vous le savez sans doute, nous adorons parler empreinte carbone et méthode ! J’ai même essayé de calculer mon bilan carbone annuel 2021 par moi même avec des bases de donnée de référence et un relevé systématique de mes consommations. Autant dire que les 100 gestes pour réduire son empreinte carbone, je les connais déjà, mais sais également comment les mettre en oeuvre, les adapter à son quotidien.

Un guide méthodologique sans méthode

Ici, outre la partie de définition de l’empreinte carbone et de ses grands enjeux, le reste de 100 gestes pour réduire son empreinte carbone se répartit en 7 domaines d’action. Ce contexte me parait trop léger. Il aurait été intéressant de rappeler les ordres de grandeur mondiaux sur les différents gaz à effet de serre et leur répartition mondiale.

De même, la dimension sociale des émissions carbone n’est pas du tout prise en compte. Ainsi, parler de l’empreinte carbone d’un pays ne sert à rien sans mise en perspective avec les émissions par décile. Cela permet de découvrir que si la moyenne française est à 9T, la médiane est plutôt à 7T, les quelques 20T du décile le plus riche faisant mécaniquement remonter la moyenne. De ce fait, les premiers déciles n’ont que peu d’efforts à faire, voire n’en sont pas capable sans aide méthodologique et financière. A l’inverse, les derniers déciles doivent réduire leur empreinte d’au moins 80% et peuvent le faire seuls. Pourtant, ce n’est jamais expliqué.

Parce qu’il ne suffit pas d’expliquer les tenants et aboutissants d’un problème pour que celui-ci se résolve. Expliquer à un dépressif qu’il doit sortir ou à un alcoolique qu’il ne doit plus boire d’alcool ne permet pas de changer la situation. Il faut un cadre méthodologique précis avec un plan d’action pouvant être approprié facilement et dans lequel chacun peut trouver sa place. Ce n’est pas le cas ici.Vous n’apprendrez pas comment faire régime, mais seulement pourquoi vous devez le faire, quels sont les gestes du quotidien impactés et quel changement cela implique. Pour autant, ce livre n’est pas dénué de qualités.

Un inventaire exhaustif et approfondi des possibilités

Les 7 domaines d’action permettent en effet de faire le point sur les principales sources d’émission carbone du quotidien. Il est d’ailleurs dommage de ne pas faire le lien avec un récapitulatif pour savoir quelle proportion moyenne chaque action représente. A la place, l’autrice répartit les gestes entre l’impact potentiel et la facilité de mise en oeuvre, sans vraiment objectiver. Néanmoins, je n’ai rien à redire sur ce classement, il est réaliste. Chaque partie connait néanmoins une certaine progression en fonction de l’évidence à changer et de la facilité.

Ainsi, nous commençons avec le transport et deux évidences : l’avion et la voiture thermique individuelle. Ces deux mesures, qui sont contraignantes mais très efficaces, sont souvent citées. Ces deux chapitres sont donc bien étayés, présentant plusieurs aspects du problème, tant technique que financier ou institutionnel, voire sociologique. La longueur des chapitres va évidemment varier en fonction de la complexité du sujet, et c’est appréciable. Nous ne sommes pas dans un classement qui veut mettre à tout prix 100 actions en simplifiant les choses. A l’inverse l’action sur tirer ses rideaux pour éviter la déperdition d’énergie fait moins d’une page.

Toutes les actions ne méritent pas la même argumentation. Il s’agit non seulement de convaincre le lecteur, mais aussi de lui donner les moyens de convaincre d’autres personnes. Et c’est appréciable, on ne se sent pas totalement désarmés. Il y a de vrais références solides, des rapports scientifiques sur lesquels s’appuyer. La progression par induction permet de bien s’approprier le spectre des actions dans chaque catégorie.

Les différentes parties font un tour complet des changements individuels nécessaires. Sur le plan alimentaire, vous n’échapperez pas à la réduction de la viande et du gaspillage alimentaire. Mais le livre met en avant son rapport à la cuisine, la conservation des aliments, leur emballage, etc. Le chapitre sur l’habitation fait la part belle aux économies d’énergie, mais aussi à la consommation d’eau et de meubles. Plus surprenant, il aborde même le fait de renoncer à l’habitat neuf pour éviter l’artificialisation et l’épuisement des ressources. Ce qui permet d’aborder la partie sur la consommation, et donc le jetable, le local. On finit avec l’électronique, la compréhension et la sensibilisation des enjeux environnementaux et des choix de vie.

Conclusion

100 gestes pour réduire son empreinte carbone est un livre que j’ai apprécié pour son aspect encyclopédique. Il apporte de véritables connaissances techniques sur les différents sujets abordés. Vous deviendrez vite incollables sur l’origine des gaz à effets de serre dans votre vis de tous les jours. Par contre, vous ne saurez toujours pas comment changer les choses à la racine. C’est un livre sur le changement individuel, sans considération collective en particulier. Et c’est dommage car le changement vient notamment de la collaboration, de la pratique entre pair, de l’exemplarité. Ne pas prendre en compte cette dimension, c’est diminuer la portée d’un tel ouvrage.

Mais ne gâchons pas notre plaisir pour autant. Les explications sont claires et bien spécifiques, ce livre est une mine d’or pour diffuser des connaissances vraiment utiles sur la transition écologiques. C’est le genre d’ouvrages qui mérite sa place dans les médiathèques.

Retrouver 100 gestes pour réduire son empreinte carbone sur le site de l’éditeur

Print Friendly, PDF & Email

Nicolas Falempin

Cadre de la fonction publique territoriale spécialisé en protection de l'environnement.  Mélange droit public, transition écologique et tasses de café pour créer un blog concret sur la transition des territoires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Inscrivez vous à la newsletterEt recevez le guide "Ma commune en transition écologique"

Solutionslocales.fr est le média positif de la transition écologique. En vous abonnant, vous pourrez découvrir des méthodes d'action et des bonnes pratiques permettant aux élus de mettre en œuvre la transition écologique dans votre commune.

Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial